Rapport de Qualité

Notre clinique de chirurgie et médecine viscérale tient particulièrement à un contrôle qualité complet des traitements médicaux. Divers indicateurs de qualité sont systématiquement relevés et évalués.

Rapport de Qualité 2019

L'actuel rapport interne 2019 sur la qualité  couvre la période de référence 2018 et le premier semestre de 2019; il sera également mis à la disposition d'un public intéressé plus large sous forme électronique.

Rapport de Qualité 2018

Avec ce rapport de qualité 2018 au niveau de nos spécialités médicales, nous créons de la transparence, présentons nos numéros de cas et nos indicateurs de qualité de traitement, et les rendons accessibles aux médecins et aux patients.

Avec cette contribution nous espérons être en mesure de soutenir la discussion en cours sur la politique de la santé et les soins de santé avec des faits, et ainsi également de stimuler une culture qui, en principe, tend à être plus transparente et plus ouverte.

Les bases de données suivantes sont utilisées pour recueillir les indicateurs de qualité :

National:

  • Swissnoso / ANQ : Infections des plaies
  • Statistiques de mortalité BAG (Office fédéral de la santé publique)
  • Registre HSM : Morbidité et mortalité spécifiques des chirurgies hautement spécialisées et opérations de l'œsophage, du pancréas, du foie et du rectum
  • SGVC (Société suisse de chirurgie viscérale) Registre pour la qualité de la formation continue pour la formation continue dans le domaine de la chirurgie viscérale
  • Registre FMH : Qualité de la formation continue pour la formation des chirurgiens spécialistes
  • Registre AQC : Morbidité de la chirurgie bariatrique
  • Registre RSI (Réparation des hernies incisionnelles) : Morbidité des opérations des hernies


Local:

Dans la Clinique Universitaire de Chirurgie et Médecine viscérale des registres locaux de qualité sont tenus pour les images cliniques fréquentes (interventions sur la glande thyroïde, la glande parathyroïde, l'œsophage, l'estomac, le pancréas, le foie, le colon, le rectum).

Ces registres garantissent que les points faibles du système sont détectés précocement et que le patient peut toujours bénéficier d'une thérapie optimale. Les données collectées sont mises à la disposition du public par différents canaux, ainsi que par des institutions telles que Swissnoso ou l'OFSP, qui les comparent et les publient avec d'autres hôpitaux en Suisse.

L'hétérogénéité du paysage hospitalier suisse rend difficile la comparaison entre les hôpitaux, dans la mesure où les populations de patients traités sont très différentes. L'analyse doit prendre en compte les caractéristiques (âge, maladies secondaires existantes, proportion de tumeurs,...) du groupe de patients étudié, sinon une image déformée de la réalité apparaît.